Archive for November, 2012

8e édition du festival du film gay et lesbien de Saint-Etienne

Thursday, November 22nd, 2012

C’est aujourd’hui que s’ouvre la 8e édition du Festival du film Gay et Lesbien de Saint-Étienne. En pleine actualité avec le projet de loi en faveur du mariage gay, le festival a choisi pour thème de cette nouvelle édition « la censure et l’autocensure ». C’est également l’année des records pour le festival car 20 courts-métrages, 13 longs métrages, 4 avant-premières et 2 inédits seront projetés durant ces 4 jours de festival. Sous le parrainage de Louis-Georges Tin, président de l’Idaho (Journée internationale contre l’homophobie) et du Cran (Conseil représentatif des associations noires de France), cette 8e édition s’ouvrira avec la projection du film « Les Invisibles » de Sébastien Lifshitz projeté en avant-première nationale.

Temps forts du festival

Autre temps fort du festival, la 1ère édition de la « Nuit du court métrage FACE à FACE », vendredi soir à la cinémathèque de Saint-Étienne, avec comme président du jury Didier Roth-Bettoni, auteur et critique de cinéma. 19 courts-métrages sont en compétition, répartis en 3 sessions : à 20h  « Premiers émois », à 21h20  « C’est pas rose tous les jours » et à 22h40 « Drôles de coming out ».
L’Afrique sera également un au cœur des débats, avec la projection du film événement « Ouganda Au nom de Dieu », samedi 24 novembre 2012 à 16h30 au Cinéma Le France. Prix Spécial du Jury «Dossiers et Grands Reportages» au Festival International du Film des Droits de l’Homme Paris 2012, le film sera suivi d’un débat en présence de Auf Usaam Mukwaya, protagoniste du film, de Louis-Georges Tin, Président de l’IDAHO et du CRAN, du Père Molina, représentant de l’évêque de Saint-Étienne, sans oublier la participation de la Ligue des Droits de l’homme, d’Amnesty International et de SOS-Homophobie.
La fameuse soirée du samedi sera haute en couleurs avec une grande soirée cabaret à la Comédie de Saint-Étienne. En première partie, « Raymonde exagère » squattera la scène, suivie de l’After Piano Zinc Revival.

E. B.

Pour plus d’info sur le festival, rendez-vous sur le site de Face à Face en cliquant ici.

Violences en marge d’une manifestation contre le mariage gay

Wednesday, November 21st, 2012

Ce week-end, des mobilisations en faveur du mariage gay étaient programmées dans de nombreuses villes françaises. Dans le même temps, des manifestations contre ce même projet de loi avaient également lieu.

Une confrontation idéologique qui n’a pas tardé à se transformer en confrontation physique. Des membres de l’Institut Civitas, des catholiques traditionalistes, s’en sont pris violemment aux militantes Femen, le mouvement féministe ukrainien, en scandant « Jeunesse nationaliste », le cri de ralliement d’un groupe d’extrême-droite. Seins nus et parées de coiffes de nonnes, certaines militantes ont été rouées de coups et traînées par terre. Des journalistes présents sur les lieux ont également été agressés, à l’image de la journaliste et essayiste Caroline Fourest, qui a d’ores et déjà porté plainte. Ironie de l’affaire, Civitas, par le biais de son président Alain Escada, a également l’intention de porter plainte pour « violences en réunion et avec armes » et « violences et voies de fait ».

Condamnation politique

Du côté des politiques, ces violences ont également fait réagir. La députée PS de l‘Hérault, Anne-Yvonne Le Dain a demandé la dissolution de l’association Civitas. Alors que Jacques Bompard, maire d’Orange et député du Vaucluse, fondateur de la Ligue du Sud, incrimine, lui, l’attitude des féministes qui auraient outragé les manifestants de Civitas. « Nues et vociférant devant les jeunes enfants avec des inscriptions christianophobes et ordurières ornant leur poitrine », a-t-il fait part dans un communiqué de presse. La porte-parole du gouvernement, Nadjat Vallaud-Belkacem a de son côté prévenu qu’il n’y aurait « aucune tolérance à l’égard des violences de l’extrême droite ».
Une rare violence pour ces femmes qui ne demandaient que le respect et l’égalité pour tous.

E. B.

Mariage gay : le projet de loi en route vers le Parlement

Monday, November 12th, 2012

Le premier pas est franchi ! Malgré les protestations de la droite ou des associations religieuses opposées au mariage gay, le projet de loi sur le mariage et l’adoption des couples homosexuels vient de passer brillamment le Conseil des ministres. Prochaine étape : sa soumission devant l’Assemblée nationale, fin janvier 2013. « Une étape importante vers l’égalité des droits, a affirmé la ministre déléguée à la famille, Dominique Bertinotti, en marge du Conseil des ministres. Le débat doit maintenant se poursuivre au travers des auditions que vont mener les parlementaires. Toutes les opinions peuvent être entendues à condition que le débat reste de qualité”, a-t-elle tenu à préciser.
Un nouvel article (art.143) sera donc intégré au Code civil: ” Le mariage est contracté par deux personnes de sexe différent ou de même sexe “.

Ce que prévoit le texte

Sans modifier le texte juridique actuel du mariage, ce projet de loi permet aux couples homosexuels de se marier et de bénéficier des mêmes droits et devoirs que les couples hétérosexuels.
Les couples gays et lesbiens pourront également adopter un enfant soit par adoption conjointe, même si cela risque d’être long et laborieux pour les couples homosexuels, soit par adoption des enfants du conjoint. Seul changement notable dans le texte : les mots de pères et mères seront remplacés par le terme de « parents », idem pour les mots « mari et femme », remplacés par « époux ».

Qu’en est-il de la procréation ?

Pour l’instant, rien dans le projet de loi n’aborde la question de la PMA (procréation médicalement assistée). Seuls les couples hétérosexuels infertiles, mariés ou en couple depuis au moins 2 ans, pourront bénéficier de la PMA. Mais le débat reste lancé et l’Assemblée nationale pourrait ajouter des amendements en faveur de la PMA, c’est en tout cas ce qu’ont annoncé des députés PS. Une solution pour les couples lesbiens, mais qui ne résout pas le problème de parentalité pour les couples d’hommes.
Quant à la GPA (gestation pour autrui), elle n’est pas du tout abordée et risque de ne pas l’être du tout. Le système de mère porteuse n’étant pas légal en France.

E. B.

'; ?>