Cinéma : Quand l’homosexualité affronte la tradition religieuse

bobine1Mercredi oblige, c’est le moment de retrouver notre rubrique cinéma avec la sortie d’un film israélien, « Tu ne m’aimeras point », de Haim Tabakman.
Une histoire d’amour impossible et tragique entre un boucher très religieux, marié et père de quatre enfants, Aaron, et un jeune étudiant, dans un quartier ultra orthodoxe de Jérusalem.
Petit à petit, les deux hommes tombent amoureux l’un de l’autre, malgré la réprobation de l’entourage et des gens du quartier.
Projeté au Festival de Cannes, dans la sélection Un Certain Regard, le film aborde le sujet tabou, et bien trop souvent nié, de l’homosexualité dans la communauté juive orthodoxe de Jérusalem.
Le jeune réalisateur, tout juste âgé de 24 ans, fait ici preuve d’une grande maîtrise cinématographique. L’élégance de la photographie, avec de longs plans séquence pour les scènes d’amour, se marie parfaitement avec le sujet délicat qu’il aborde. Tout est suggéré finement, de façon à ce que le spectateur devienne lui-même partie prenante, par son intuition ou sa réflexion. La force de la dénonciation, alliée à la subtilité artistique, fait de ce film un rendez-vous cinéma à ne pas rater pour la rentrée.
Film à voir et réalisateur prometteur. A suivre…

Fiche Technique
Réalisation : Haim Tabakman
Avec : Zohar Strauss (Aaron), Ran Danker (Ezri), Ravit Rozen (Rivka), Tzahi Grad (Rabbi Vaisben), Isac Charry (Mordechai)
Scénario : Merav Doster
Photo : Axel Schneppat
Décors : Avi Fahima
Musique : Nathaniel Mechaly
Production : Rafael Katz, Michel Eckelt, Isabelle Attal, David C. Barrot

E. B.

Tags: , , ,

Leave a Reply

'; ?>