Face à Face festif pour le cinéma gay ce week-end à Saint-Etienne

affichefafstetienneUn rendez-vous incontournable pour les amateurs de cinéma gay et lesbien. Avec en prime pour cette 5ème édition du Festival Face à Face de Saint-Étienne, la tenue des premières Assises nationales du cinéma Gay et Lesbien.

Le Festival ouvre ses portes demain, au « QG » du festival, à savoir le cinéma Le France. Avec en film d’ouverture le film « Ander », en avant-première, de Roberto Castón, « le Brokeback Mountain espagnol », nous confie Antoine Blanchard, président de Face à Face. Le lancement de cinq jours de festivités et d’événements cinématographiques. Au programme : une dizaine de séances, comprenant la projection de 18 films, 4 soirées artistiques, dont une à l’Opéra de Saint-Étienne, avec la présentation de « l’Opération du Saint-Esprit », et une au Zénith, juste après le concert de Calogero. Sans oublier les scolaires et lycéens qui auront droit à une séance privée, dans le but de les « sensibiliser aux discriminations et lutter contre l’homophobie qui règne beaucoup chez les jeunes, avec la projection de courts-métrages, notamment “Jeunes et homos sous le regard des autres” », précise Antoine Blanchard.

Des actions quotidiennes pour l’association Face à Face

Organisatrice de l’événement, l’association Face à Face, créée en 2006 et qui compte aujourd’hui plus de 150 membres, fait de son quotidien la lutte contre les discriminations et l’homophobie. L’association milite donc sur tous les fronts, que ce soit sur le terrain cinématographique, avec le festival bien sûr, mais aussi des projections tout au long de l’année, politique avec la rencontre d’élus, sociétal, avec, par exemple, la commémoration des déportés homos de la Seconde Guerre Mondiale, ou pédagogique avec des séances pour les scolaires, « afin de lutter contre les énormes préjugés qui s’immiscent dans les cours d’écoles », déplore Antoine Blanchard.

Création des 1ères Assises du cinéma gay

Autre particularité de ce festival, la tenue, inédite en France, des premières Assises du cinéma Gay et lesbien. A cette occasion, les représentants de 10 festivals, dont ceux de Toulouse, Orléans, Nice, Paris, Créteil, Marseille, Grenoble, Lyon et Bruxelles, seront présents, afin de débattre ensemble de l’avenir du cinéma gay. « On a pu constater que l’on se connaissez tous, les uns des autres, mais qu’on ne travaillait jamais ensemble, qu’aucun projet commun ne voyait le jour. Le but étant, avec ces premières assises, de mettre en place un réseau pour mutualiser les festivals et programmer des actions communes. Une communication partagée, dans un esprit de non concurrence, bien entendu », ajoute le président de Face à Face. Avec trois mots d’ordre qui rythmeront les débats : organiser, programmer, mutualiser.

Un but : promouvoir le cinéma gay

Le cinéma gay et lesbien est, encore trop souvent, minoritaire et peu accessible au public. Un état de fait qui ne plait guère à tous ces organisateurs de festivals, qui tentent de réagir, en « éclairant les marges », le nom donné d’ailleurs à la thématique du grand débat. Autour de Didier Roth-Bettoni, journaliste, écrivain et directeur artistique du festival Chéris-Chéries, de nombreux invités -qu’ils soient réalisateurs (Louis Dupont, Françoise Romand, Pascal Alex Vincent), journalistes (Anne Delabre) ou organisateurs de festivals (Patrick Cardon)- tenteront de définir des actions

chiffres-face-a-face

communes. Au premier rang desquelles, convaincre les distributeurs, parfois trop frileux, d’accorder une place plus importante au cinéma homo.
En attendant que le débat entraîne dans son sillage des résolutions fortes de la part des distributeurs, nous vous souhaitons un très bon festival.

Propos recueillis par Emilie Bedos

En savoir + : Le festival ouvre ses portes jeudi 26 et se clôturera dimanche 29 novembre. Pour plus d’informations sur le programme, rendez-vous sur le site officiel du Festival.

Tags: , , , ,

Leave a Reply

'; ?>