Posts Tagged ‘festival’

8e édition du festival du film gay et lesbien de Saint-Etienne

Thursday, November 22nd, 2012

C’est aujourd’hui que s’ouvre la 8e édition du Festival du film Gay et Lesbien de Saint-Étienne. En pleine actualité avec le projet de loi en faveur du mariage gay, le festival a choisi pour thème de cette nouvelle édition « la censure et l’autocensure ». C’est également l’année des records pour le festival car 20 courts-métrages, 13 longs métrages, 4 avant-premières et 2 inédits seront projetés durant ces 4 jours de festival. Sous le parrainage de Louis-Georges Tin, président de l’Idaho (Journée internationale contre l’homophobie) et du Cran (Conseil représentatif des associations noires de France), cette 8e édition s’ouvrira avec la projection du film « Les Invisibles » de Sébastien Lifshitz projeté en avant-première nationale.

Temps forts du festival

Autre temps fort du festival, la 1ère édition de la « Nuit du court métrage FACE à FACE », vendredi soir à la cinémathèque de Saint-Étienne, avec comme président du jury Didier Roth-Bettoni, auteur et critique de cinéma. 19 courts-métrages sont en compétition, répartis en 3 sessions : à 20h  « Premiers émois », à 21h20  « C’est pas rose tous les jours » et à 22h40 « Drôles de coming out ».
L’Afrique sera également un au cœur des débats, avec la projection du film événement « Ouganda Au nom de Dieu », samedi 24 novembre 2012 à 16h30 au Cinéma Le France. Prix Spécial du Jury «Dossiers et Grands Reportages» au Festival International du Film des Droits de l’Homme Paris 2012, le film sera suivi d’un débat en présence de Auf Usaam Mukwaya, protagoniste du film, de Louis-Georges Tin, Président de l’IDAHO et du CRAN, du Père Molina, représentant de l’évêque de Saint-Étienne, sans oublier la participation de la Ligue des Droits de l’homme, d’Amnesty International et de SOS-Homophobie.
La fameuse soirée du samedi sera haute en couleurs avec une grande soirée cabaret à la Comédie de Saint-Étienne. En première partie, « Raymonde exagère » squattera la scène, suivie de l’After Piano Zinc Revival.

E. B.

Pour plus d’info sur le festival, rendez-vous sur le site de Face à Face en cliquant ici.

Face à Face festif pour le cinéma gay ce week-end à Saint-Etienne

Wednesday, November 25th, 2009

affichefafstetienneUn rendez-vous incontournable pour les amateurs de cinéma gay et lesbien. Avec en prime pour cette 5ème édition du Festival Face à Face de Saint-Étienne, la tenue des premières Assises nationales du cinéma Gay et Lesbien.

Le Festival ouvre ses portes demain, au « QG » du festival, à savoir le cinéma Le France. Avec en film d’ouverture le film « Ander », en avant-première, de Roberto Castón, « le Brokeback Mountain espagnol », nous confie Antoine Blanchard, président de Face à Face. Le lancement de cinq jours de festivités et d’événements cinématographiques. Au programme : une dizaine de séances, comprenant la projection de 18 films, 4 soirées artistiques, dont une à l’Opéra de Saint-Étienne, avec la présentation de « l’Opération du Saint-Esprit », et une au Zénith, juste après le concert de Calogero. Sans oublier les scolaires et lycéens qui auront droit à une séance privée, dans le but de les « sensibiliser aux discriminations et lutter contre l’homophobie qui règne beaucoup chez les jeunes, avec la projection de courts-métrages, notamment “Jeunes et homos sous le regard des autres” », précise Antoine Blanchard.

Des actions quotidiennes pour l’association Face à Face

Organisatrice de l’événement, l’association Face à Face, créée en 2006 et qui compte aujourd’hui plus de 150 membres, fait de son quotidien la lutte contre les discriminations et l’homophobie. L’association milite donc sur tous les fronts, que ce soit sur le terrain cinématographique, avec le festival bien sûr, mais aussi des projections tout au long de l’année, politique avec la rencontre d’élus, sociétal, avec, par exemple, la commémoration des déportés homos de la Seconde Guerre Mondiale, ou pédagogique avec des séances pour les scolaires, « afin de lutter contre les énormes préjugés qui s’immiscent dans les cours d’écoles », déplore Antoine Blanchard.

Création des 1ères Assises du cinéma gay

Autre particularité de ce festival, la tenue, inédite en France, des premières Assises du cinéma Gay et lesbien. A cette occasion, les représentants de 10 festivals, dont ceux de Toulouse, Orléans, Nice, Paris, Créteil, Marseille, Grenoble, Lyon et Bruxelles, seront présents, afin de débattre ensemble de l’avenir du cinéma gay. « On a pu constater que l’on se connaissez tous, les uns des autres, mais qu’on ne travaillait jamais ensemble, qu’aucun projet commun ne voyait le jour. Le but étant, avec ces premières assises, de mettre en place un réseau pour mutualiser les festivals et programmer des actions communes. Une communication partagée, dans un esprit de non concurrence, bien entendu », ajoute le président de Face à Face. Avec trois mots d’ordre qui rythmeront les débats : organiser, programmer, mutualiser.

Un but : promouvoir le cinéma gay

Le cinéma gay et lesbien est, encore trop souvent, minoritaire et peu accessible au public. Un état de fait qui ne plait guère à tous ces organisateurs de festivals, qui tentent de réagir, en « éclairant les marges », le nom donné d’ailleurs à la thématique du grand débat. Autour de Didier Roth-Bettoni, journaliste, écrivain et directeur artistique du festival Chéris-Chéries, de nombreux invités -qu’ils soient réalisateurs (Louis Dupont, Françoise Romand, Pascal Alex Vincent), journalistes (Anne Delabre) ou organisateurs de festivals (Patrick Cardon)- tenteront de définir des actions

chiffres-face-a-face

communes. Au premier rang desquelles, convaincre les distributeurs, parfois trop frileux, d’accorder une place plus importante au cinéma homo.
En attendant que le débat entraîne dans son sillage des résolutions fortes de la part des distributeurs, nous vous souhaitons un très bon festival.

Propos recueillis par Emilie Bedos

En savoir + : Le festival ouvre ses portes jeudi 26 et se clôturera dimanche 29 novembre. Pour plus d’informations sur le programme, rendez-vous sur le site officiel du Festival.

Festival “Chéries-Chéris”, quand le cinéma gay prend le dessus de la scène

Thursday, November 19th, 2009

affiche-cheriescherisPlus d’une quarantaine de films présentés pour cette 15ème édition du Festival LGBT de Paris, le festival des gays, lesbiennes et trans. Une 15ème édition placée sous le signe de la célébration, avec de nombreux anniversaires à fêter, comme l’annonce le directeur du festival Didier Roth-Bettoni : les émeutes de Stonewall le 28 juin 1969, la création de Gai Pied en 1979 par Jean Le Bitoux, la naissance d’Act Up en juin 1989 et la chute du Mur de Berlin en novembre 1989.

Une programmation riche et variée
Depuis lundi, au Forum des Images, les séances se suivent mais ne se ressemblent pas forcément. Le festival a ouvert ses portes avec « Nuits d’ivresse printanières » de Lou Ye, film franco-chinois primé à Cannes et clôturera cette édition dimanche soir avec l’humour de « I Love You Phillip Morris », en avant-première, de  Glenn Ficarra et John Requa, avec Jim Carrey et Ewan McGregor.
Courts et longs métrages, sans oublier les documentaires et les rencontres, les visiteurs pourront débattre et échanger sur bon nombre de sujets. Du sexisme (avec le documentaire
La Domination masculine), à la lutte contre le VIH (Act Up, on ne tue pas que le temps), voire à la prostitution (Claudette).
Tout ceci dans une « ambiance conviviale, chaleureuse, festive, légère et profonde tout à la fois, avec ses moments incontournables et ses nombreuses surprises », comme laisse l’entendre l’édito du festival.

E. B.

Pour plus d’informations sur le festival et sa programmation, rendez-vous sur le site du festival.

Quand les lesbiennes et les féministes font leur cinéma, c’est Cineffable

Thursday, October 29th, 2009

affiche-cineffableLa 21ème édition de Cineffable, festival international du film lesbien et féministe, ouvre ses portes aujourd’hui, au Trianon à Paris. Cap sur 5 jours de projections de films (du documentaire au long-métrage en passant par les courts), de débats et d’expositions.
« Au total, entre 70 et 80 films seront projetés durant le festival, annonce Mélanie Perrier, responsable de la communication du festival. Des films la plupart du temps inédits en France et provenant d’une quinzaine de pays. C’est toute l’actualité cinématographique lesbien qui est ici à l’honneur, avec des productions présentées récentes (moins de 2 ans) ».
Avec tout de même la projection de deux rétrospectives cette année. La première consacrée à Monica Treut (réalisatrice de « Séduction femme Cruelle », de « My father is coming » et de « Gendernauts »); la seconde à Anna Margarita Albelo, dit La Chocha, grande prêtresse des nuits lesbiennes parisiennes, qui présentera son nouveau documentaire sur la vie gay à Cuba.

Vaste panorama de la culture lesbienne

Documentaires, courts, moyens et longs métrages seront donc projetés tout au long de ces cinq jours. Des séances thématiques de deux heures, avec notamment des destins de femmes, les femmes et le milieu sportif ou encore la condition lesbienne. Chaque catégorie se verra alors attribué un Prix public, décerné lundi soir lors de la soirée de clôture, et pour la première fois, la remise du Prix Têtue, qui consacrera un long-métrage.
Le cinéma, certes, mais pas seulement. La culture au sens large sera également présente, avec notamment des expositions d’art contemporain. « Des artistes européennes pourront ainsi montrer leurs œuvres, in situ, et en adéquation avec l’architecture du Trianon, précise Mélanie. Les œuvres, surtout vidéo et performance, s’infiltreront parfaitement avec le lieu. » Focus sur la chorégraphe-vidéaste Cécile Proust, les performeuses anglaises, Jo Bannon et Astrid Breel, ou l’artiste Sophie Boulet.

100% féminin

Autre particularité : ce festival est uniquement destiné aux femmes. Tout homme se présentant aux portes de cinéma sera immédiatement reconduit. « Le critère de non-mixité existe depuis la création du festival et est demandé par les visiteuses. Les femmes ont besoin de se retrouver, de se sentir comme dans un cocon, avec une grande dose d’intimité. Elles peuvent ainsi parler beaucoup plus librement, ajoute Mélanie. D’autant que le but de ce festival est de promouvoir la culture cinématographique lesbienne et féministe avant tout. Dans les autres festivals gays, les lesbiennes sont en minorité. Généralement, c’est 90% gay et 10 % lesbienne. Cineffable, c’est 100% lesbienne, pour une plus grande visibilité de leur production artistique ».
Un moment particulièrement intime qui favorise donc les rencontres, les discussions aux paroles libérées et l’autodétermination de chaque femme présente.

Fortes de leur succès des années précédentes, les organisatrices attendent cette année au moins autant que l’année dernière, à savoir 7.000 visiteuses. Un chiffre considérable pour ce festival quasiment autogéré, exception faite pour la Mairie de Paris qui les subventionne un peu, et qui démontre bien l’importance de ce genre d’événements pour les lesbiennes en particulier, et les femmes en général. Un rendez-vous incontournable !!!

Propos recueillis par Emilie Bedos

Des RDV à ne pas manquer

Ce soir, jeudi 29 octobre à 17 heures : ouverture des portes, suivie du concert de Mélissa Laveaux et de la séance d’ouverture
Vendredi 30 à 12h30 : les 20 ans du Bagdam de Toulouse
Vendredi à 22 heures : lecture de Wendy Delorme
Samedi 31 à 23 heures : folle nuit au Bus Palladium
Dimanche 01 novembre : Performance d’Astrid Breel
Lundi 02 à 15 heures : projection et discussion autour du thème « Sexualité et Plaisir ».

Pour plus d’informations rendez-vous sur le site www.cineffable.fr

'; ?>