Posts Tagged ‘lesbienne’

La saison des Gay Pride commence

Friday, May 20th, 2011

La belle saison arrive et avec elle, celle des Gay Pride. Une émeute entre policiers et un groupe de lesbiennes, gays et transsexuels en 1969 à New York est à l’origine de cette célébration qui se déroule aujourd’hui dans de nombreux pays.  Vous trouverez ci-dessous les dates pour 2011 dans les principales villes de France.
Le 21 mai Nantes, Tours
Le 4 juin Lille, Montpellier, Nancy
Le 11 juin Bordeaux, Rennes, Rouen, Strasbourg
Le 18 juin Angers, Biarritz, Caen, Lyon, Toulouse
Le 25 juin Paris
Le 2 juillet Marseille
Le 9 juillet Le Mans
Le 16 juillet Nice

Les célébrations pour la tolérance et la liberté sexuelle dépassent les frontières et vous offrent un calendrier plus que chargé pour marcher avec fierté ! Voici les dates européennes.

Le 4 juin Athènes, Bratislava
Le 18 juin Budapest
Le 19 juin Zurich, Vienne
Le 25 juin Berlin,
Le 26 juin Barcelone, New-York
Le 2 juillet Londres, Genève, Madrid
Le 3 juillet Helsinki, Cologne, Madrid, Toronto
Le 6 août Amsterdam
Le 7 août Stockholm, Montréal
Le 21 août Copenhague
Le 2 septembre Québec
Le 10 octobre Rio de Janeiro

A noter que l’Europride se tiendra à Rome du 1er au 12 juin.

Bonne Gay Pride !

Une affiche qui fâche

Wednesday, May 11th, 2011

L’affiche de la prochaine Gay Pride, dévoilée fin avril dernière, sera finalement bel est bien retirée. La polémique avait enflée après que des associations et notamment l’association nationale « Le Refuge » ait qualifié l’affiche de « stigmatisation » envers la communauté homosexuelle et de surcroît « caricaturale ». L’affiche, qui représentait un coq affublé d’un boa en plumes autour du cou, ne gardera finalement que son slogan « Pour l’Egalité: en 2011 je marche, en 2012 je vote ». Cette marche prévue pour le 25 juin, annonce clairement sa mobilisation pour l’ouverture du mariage aux couples homosexuels avant les élections de 2012.

Un nouveau week-end de Kiss-in dès samedi : militons ensemble contre l’homophobie

Thursday, May 13th, 2010

couple-homo-hommeRégulièrement le fameux kiss-in s’empare des places françaises. En peu partout dans l’Hexagone, gay, lesbiennes et hétéros sont conviés à s’embrasser ouvertement.
A noter que le prochain Kiss-in a lieu ce week-end, à l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie du 17 mai, l’’IDAHO.

Des relents d’homophobie qui s’invitent au kiss-in

Mais ces effusions de tolérance et d’amour agacent de plus en plus les milieux catholiques extrémistes.
A Paris, le lieu du kiss-in du 14 février, initialement sur le parvis de Notre-Dame, a dû être déplacé place Saint-Michel. La raison : des centaines d’extrémistes catholiques les y attendaient de pied ferme. Quand quelques homos ont foulé le sol de Notre-Dame, un groupe de militants ultra les a assailli de coups. L’affaire est aujourd’hui devant la justice.
Ce week-end, c’est à Lyon que les homophobes ont décidé d’agir car ils refusent que le kiss-in se fasse devant la cathédrale Saint-Jean. L’association Lesbian & Gay Pride de Lyon a d’ores et déjà demandé à l’archevêque de Lyon, Monseigneur Barbarin, « de prendre toutes ses responsabilités et de rappeler à l’ordre ses brebis qui se seraient égarées ».

Des rassemblements français mais aussi internationaux

Pour que les rassemblements prévus ce week-end trouvent un large écho au sein de la population, voici la liste des villes organisants un kiss-in.
– à Amiens, samedi 15 mai à 16h, Place Gambetta
– à Avignon, samedi 15 mai à 18h, Place de l’Horloge
– à Bordeaux, dimanche 16 mai à 16h, devant les quinconces
– à Lille, samedi 15 mai à 18h, Grand Place
– à Lyon, samedi 15 mai à 19h30, Place Saint-Jean
– à Marseille, samedi 15 mai à 15h55, place Charles De Gaulle
– à Montpellier, samedi 15 mai à 15h45 devant Virgin Megastore – Les Halles Castellane.
– à Nancy, mercredi 19 mai à 17h place Stanislas.
– à Nice, lundi 17 mai à 19h, place Garibaldi
– à Orléans, samedi 15 mai à 14h, 15h et 16h, place du Martroi
– à Paris, dimanche 16 mai à 16h, au Trocadéro
– à Rennes, lundi 17 mai
– à Toulon, dimanche 16 mai à 16h place de la Liberté

homo-main-dans-la-mainMais les kiss-in s’exportent aussi à l’étranger : en Angleterre (Brighton, Glasgow, Londres, Plymouth), en Australie (Adelaïde, Brisbane, Canberra, Melbourne, Perth et Sydney), au Canada (Edmonton et Lethbridge), en Colombie (Bogota), en Allemagne (Berlin), en Israël (Tel-Aviv), en Italie (Bologne), en Nouvelle-Zélande (Auckland), au Pérou (Lima), au Portugal (Lisbonne, Porto), en Espagne (Madrid), en Suède (Stockholm), en Suisse (Genève, Lausanne), aux USA (Birmingham, Atlanta, Austin, Chicago, Portland, San Francisco, St Louis).

Pour plus d’info, rendez-vous sur le site officiel des kiss-in.

Festival “Chéries-Chéris”, quand le cinéma gay prend le dessus de la scène

Thursday, November 19th, 2009

affiche-cheriescherisPlus d’une quarantaine de films présentés pour cette 15ème édition du Festival LGBT de Paris, le festival des gays, lesbiennes et trans. Une 15ème édition placée sous le signe de la célébration, avec de nombreux anniversaires à fêter, comme l’annonce le directeur du festival Didier Roth-Bettoni : les émeutes de Stonewall le 28 juin 1969, la création de Gai Pied en 1979 par Jean Le Bitoux, la naissance d’Act Up en juin 1989 et la chute du Mur de Berlin en novembre 1989.

Une programmation riche et variée
Depuis lundi, au Forum des Images, les séances se suivent mais ne se ressemblent pas forcément. Le festival a ouvert ses portes avec « Nuits d’ivresse printanières » de Lou Ye, film franco-chinois primé à Cannes et clôturera cette édition dimanche soir avec l’humour de « I Love You Phillip Morris », en avant-première, de  Glenn Ficarra et John Requa, avec Jim Carrey et Ewan McGregor.
Courts et longs métrages, sans oublier les documentaires et les rencontres, les visiteurs pourront débattre et échanger sur bon nombre de sujets. Du sexisme (avec le documentaire
La Domination masculine), à la lutte contre le VIH (Act Up, on ne tue pas que le temps), voire à la prostitution (Claudette).
Tout ceci dans une « ambiance conviviale, chaleureuse, festive, légère et profonde tout à la fois, avec ses moments incontournables et ses nombreuses surprises », comme laisse l’entendre l’édito du festival.

E. B.

Pour plus d’informations sur le festival et sa programmation, rendez-vous sur le site du festival.

Le tribunal de Besançon accorde à une lesbienne le droit d’adopter un enfant

Friday, November 13th, 2009

justiceC’est une première en France. Après dix années de bataille juridique et administrative, Emmanuelle, 48 ans, a finalement obtenu un agrément d’adoption, qui lui a été accordé cette semaine par le tribunal administratif de Besançon. Annulant les précédentes décisions du Conseil général du Jura, qui s’y opposait farouchement, le tribunal impose au même Conseil général d’accorder son agrément dans les 15 jours, « sous astreinte de 100 euros par jour de retard ».
Vivant en couple avec Laurence, seule la demandeuse, Emmanuelle, sera déclarée comme mère adoptive. Sa compagne restera elle un tiers vis-à-vis de l’enfant.

Un parcours juridique éprouvant

10 ans. C’est donc le temps qu’il aura fallu pour qu’Emmanuelle obtienne ce droit. 10 ans de bataille juridique qu’Emmanuelle a livrée, allant même plaider sa cause devant la Cour européenne des droits de l’Homme. Le but : obtenir le droit d’adopter un enfant que le Conseil général de son département, le Jura, lui refusait systématiquement, au motif qu’il existe « des différences notables (au sein du couple) dans le projet d’adoption, notamment au niveau de l’âge de l’enfant ».
Le jugement européen tombe en janvier 2008 et condamne la France pour discrimination sexuelle. En France, une célibataire peut adopter un enfant, mais pas une célibataire homosexuelle. « C’est de la discrimination basée sur l’orientation sexuelle du demandeur », avaient estimé les juges européens.
Rassurée et soutenue au niveau européen, Emmanuelle refait une demande auprès de son Conseil général. Un nouveau refus tombe au printemps 2008.
Finalement le tribunal de Besançon a suivi le premier jugement européen, tout en s’appuyant sur les rapports des travailleurs sociaux qui sont « favorables à la demande d’agrément pour adoption ».

Des réactions variées

Depuis l’annonce de cette décision juridique, les réactions associatives et politiques se multiplient. Les unes pour souligner la grande avancée dans le droit des homos, les autres pour s’y opposer farouchement.
La secrétaire d’État chargée de la famille, Nadine Morano, a déclaré qu’« il n’y a pas de projet pour réformer l’adoption en faveur des couples homosexuels. Il faudra ouvrir le débat, pourquoi pas lors de la prochaine élection présidentielle ».
Du côté des protestataires, on retrouve Christian Vanneste, député l’UMP, condamnant « la malheureuse décision du tribunal qui a fait l’objet de l’habituel rouleau compresseur médiatique du groupe de pression homosexuelle ». Sans oublier les incontournables sorties du Front national, par la voix de Marine Le Pen, qui a estimé que « cette décision consacre la disparition d’une certaine morale d’Etat et le triomphe d’une société hédoniste ».
Du côté de la gauche, le député-maire Noël Mamère a salué « une grande victoire, le rêve que le droit est en train de rejoindre la société, un pas très important qui vient d’être franchi ».
Le Parti communiste français espère lui que « cette décision fera jurisprudence en France et dans tous les pays de l’Union européenne ».

Vers une jurisprudence ?

Pourquoi pas. En tout cas, la société semble évoluer dans ce sens. Selon Patrick Bloche, député socialiste, « la société est prête à accepter que des couples homosexuels adoptent des enfants. La loi peut donc être modifiée ». Impression confirmée par les statistiques. Un sondage BVA paru aujourd’hui pour Canal + va dans ce sens. Les Français seraient désormais 57% à être favorable à l’adoption par un couple homosexuel, alors qu’ils n’étaient que 48% en 2006.
Le Collectif contre l’homophobie se réjouit de la décision de justice rendue, estimant que désormais « la jurisprudence est établie ».

E. B.

Quand les lesbiennes et les féministes font leur cinéma, c’est Cineffable

Thursday, October 29th, 2009

affiche-cineffableLa 21ème édition de Cineffable, festival international du film lesbien et féministe, ouvre ses portes aujourd’hui, au Trianon à Paris. Cap sur 5 jours de projections de films (du documentaire au long-métrage en passant par les courts), de débats et d’expositions.
« Au total, entre 70 et 80 films seront projetés durant le festival, annonce Mélanie Perrier, responsable de la communication du festival. Des films la plupart du temps inédits en France et provenant d’une quinzaine de pays. C’est toute l’actualité cinématographique lesbien qui est ici à l’honneur, avec des productions présentées récentes (moins de 2 ans) ».
Avec tout de même la projection de deux rétrospectives cette année. La première consacrée à Monica Treut (réalisatrice de « Séduction femme Cruelle », de « My father is coming » et de « Gendernauts »); la seconde à Anna Margarita Albelo, dit La Chocha, grande prêtresse des nuits lesbiennes parisiennes, qui présentera son nouveau documentaire sur la vie gay à Cuba.

Vaste panorama de la culture lesbienne

Documentaires, courts, moyens et longs métrages seront donc projetés tout au long de ces cinq jours. Des séances thématiques de deux heures, avec notamment des destins de femmes, les femmes et le milieu sportif ou encore la condition lesbienne. Chaque catégorie se verra alors attribué un Prix public, décerné lundi soir lors de la soirée de clôture, et pour la première fois, la remise du Prix Têtue, qui consacrera un long-métrage.
Le cinéma, certes, mais pas seulement. La culture au sens large sera également présente, avec notamment des expositions d’art contemporain. « Des artistes européennes pourront ainsi montrer leurs œuvres, in situ, et en adéquation avec l’architecture du Trianon, précise Mélanie. Les œuvres, surtout vidéo et performance, s’infiltreront parfaitement avec le lieu. » Focus sur la chorégraphe-vidéaste Cécile Proust, les performeuses anglaises, Jo Bannon et Astrid Breel, ou l’artiste Sophie Boulet.

100% féminin

Autre particularité : ce festival est uniquement destiné aux femmes. Tout homme se présentant aux portes de cinéma sera immédiatement reconduit. « Le critère de non-mixité existe depuis la création du festival et est demandé par les visiteuses. Les femmes ont besoin de se retrouver, de se sentir comme dans un cocon, avec une grande dose d’intimité. Elles peuvent ainsi parler beaucoup plus librement, ajoute Mélanie. D’autant que le but de ce festival est de promouvoir la culture cinématographique lesbienne et féministe avant tout. Dans les autres festivals gays, les lesbiennes sont en minorité. Généralement, c’est 90% gay et 10 % lesbienne. Cineffable, c’est 100% lesbienne, pour une plus grande visibilité de leur production artistique ».
Un moment particulièrement intime qui favorise donc les rencontres, les discussions aux paroles libérées et l’autodétermination de chaque femme présente.

Fortes de leur succès des années précédentes, les organisatrices attendent cette année au moins autant que l’année dernière, à savoir 7.000 visiteuses. Un chiffre considérable pour ce festival quasiment autogéré, exception faite pour la Mairie de Paris qui les subventionne un peu, et qui démontre bien l’importance de ce genre d’événements pour les lesbiennes en particulier, et les femmes en général. Un rendez-vous incontournable !!!

Propos recueillis par Emilie Bedos

Des RDV à ne pas manquer

Ce soir, jeudi 29 octobre à 17 heures : ouverture des portes, suivie du concert de Mélissa Laveaux et de la séance d’ouverture
Vendredi 30 à 12h30 : les 20 ans du Bagdam de Toulouse
Vendredi à 22 heures : lecture de Wendy Delorme
Samedi 31 à 23 heures : folle nuit au Bus Palladium
Dimanche 01 novembre : Performance d’Astrid Breel
Lundi 02 à 15 heures : projection et discussion autour du thème « Sexualité et Plaisir ».

Pour plus d’informations rendez-vous sur le site www.cineffable.fr

Britney Spears, honorée par la communauté gay

Thursday, June 18th, 2009

britney_spears1

La star vient en effet de recevoir le prix d’honneur Always Next, Forever Now lors de la seconde cérémonie des NewNowNext Awards, diffusée le 13 juin sur la chaîne Logo.
La cérémonie rend hommage et récompense les artistes qui oeuvrent en faveur de la communauté lesbienne, gay et bisexuelle. Avec ce prix, Britney est officiellement devenue une icône gay.
Fervente militante pour la légalité du mariage homosexuel aux Etats-Unis, Britney a, depuis ses débuts, eu ce lien privilégié avec les gays.
Dernièrement, Britney a vivement protesté contre la décision la Cour suprême de Californie, d’interdire le mariage homosexuel.

Gay et fun à la fois

Et la pop star continue sur sa lancée en sortant un parfum, exclusivement destiné à la communauté homosexuelle. Avec pour un slogan « Une dose de ce parfum et les gays tomberont à vos pieds », et le clip à la clé.
Mais ne cherchez pas cette fragrance dans les parfumeries, vous ne la trouverez pas. Et pour cause ! Britney a réalisé ce clip uniquement pour le fun et en prévision de la cérémonie. Mais c’était pour elle un moyen de s’adresser à ses fans gays et de leur rendre hommage à sa façon, drôle et amicale. Brit est définitivement une reine de la comm’.

E. B.

Carol Ann Duffy, homosexuelle, est la nouvelle « Poet Laureat » du Royaume-Uni

Tuesday, May 12th, 2009

Une première en Angleterre: une femme, homosexuelle de surcroît, Carol Ann Duffy, a été nommée “poète” officiel du royaume.

C’est désormais officiel depuis le vendredi 1er mai, Carol Ann Duffy, 53 ans, est devenue la première femme « Poet Laureate ». Cette lesbienne assumée vient d’être intronisée par qu’Elizabeth II et tiendra son rôle pendant les 10 prochaines années.
Elle succède ainsi à des poètes de renom comme Alfred Tennyson, William Wordsworth ou Andrew Motion, son prédécesseur.
Lors de son intronisation, la lauréate a tenu à rendre hommage aux années Blair qui ont favorisé la libération sexuelle en soulignant que « le Royaume-Uni est devenu adulte ces dix dernières années. La sexualité y est désormais célébrée. C’est devenu une chose agréable et ordinaire”.

Des œuvres maintes fois récompensées
Fondatrice et directrice de l’École de rédaction au sein de la Manchester Metropolitan Université, Carol Ann Duffy est une poétesse reconnue et récompensée à de nombreuses reprises.
Ses recueils de poèmes pour adultes « Standing Female Nude» (1985) ont reçu le Scottish Arts Council Award ; « Selling Manhattan » (1987) a remporté le Somerset Maugham Award ; « The Other Country » (1990) et « Mean Time » (1993), le Whitbread Poetry Award et le Forward Poetry Prize.
Trois de ses œuvres ont reçu le prix T.S. Eliot : « The World’s Wife » (1999); « Feminine Gospels » (2002) et « Rapture » (2005).

E.B.

'; ?>