Posts Tagged ‘SOS homophobie’

5ème édition de la Journée Idaho : homophobie et religion

Monday, May 17th, 2010

idahoC’est la cinquième édition de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie qui se déroule chaque 17 mai, appelée Idaho (International Day Against Homophobia).
Un mouvement lancé il y a maintenant cinq ans par Louis-Georges Tin, président du Comité de la Journée Mondiale contre l’Homophobie (IDAHO).
Célébrée dans plus de 50 pays, la Journée est aujourd’hui reconnue officiellement en Belgique, au Royaume-Uni, en France, au Luxembourg, aux Pays-bas, au Mexique et au Costa Rica. Le but : dénoncer toutes formes de discriminations et lutter contre l’homophobie et la transphobie à l’échelle mondiale.

Religion et homophobie

Pour cette 5ème édition, le Comité a choisi pour thème : les religions, afin de demander aux croyants, leaders et représentants religieux de s’engager, non pas en faveur de l’homosexualité, mais plutôt de désapprouver l’homophobie dont font preuve certains au nom de leur dieu ou de leur religion.
Pour donner un plus grand impact à cette Journée, des débats auront lieu à l’Assemblée nationale, avec des représentants de certaines religions. A noter la présence, bien évidemment, de Louis-Georges Tin, ainsi que celle de Richard Prasquier, président du CRIF, Tarek Oubrou, imam de Bordeaux, Marie-Laure Dénès, représentante de la Conférence des évêques de France, Jean-Pierre Rive, représentant de la Fédération protestante de France, Michaël Azoulay, rabbin de Neuilly et représentant du Grand Rabbin de France, Jean-Michel Dunand, prieur de la Communion de Béthanie, Franck Giaoui, président du Beit Haverim (groupe juif gay et lesbien de France), Ludovic Lofti Mohamed Zahed, président de HM2F (Homosexuels musulmans de France), Mouloud Aounit, président du MRAP, ou encore Jean-Pierre Dubois, président de la Ligue des Droits de l’Homme.

Progression fragrante de l’homophobie en France

Une cinquième édition qui se célèbre au moment même où l’homophobie progresse incontestablement en France. C’est en tout cas ce qui ressort du rapport annuel que vient de publier l’association SOS Homophobie. Violences physiques, insultes, discriminations, les témoignages sont nombreux et dénoncent tous une recrudescence des actes rapport-sos-homophobiehomophobes.
Et les chiffres sont parlants : le nombre d’agressions physiques est passé de 61 en 2008 à 88 en 2009. Elles touchent majoritairement les hommes (76%), et de plus en plus de jeunes victimes, de 18 à 24 ans (22 cas en 2009 contre 6 en 2008).
Avec fait majeur à souligner : le web serait devenu le nouveau « défouloir » pour les propos homophobes. La liberté d’expression, ça a du bon, mais pas quand elle est détournée à des fins aussi nauséeuses, où discours haineux, amalgames et stéréotypes écœurants se rejoignent.

E. B.

Pour plus d’info sur la Journée Idaho du 17 mai, rendez-vous sur le site officiel Idaho
Pour plus d’info sur le rapport annuel de SOS Homophobie, cliquez ici

Quand l’homophobie attise le suicide !

Monday, February 8th, 2010

homophobietue1D’après une étude de l’Inserm, datant de 2005, les jeunes homosexuels seraient 8% à avoir déjà tenté de mettre fin à leurs jours, contre seulement 2,6% pour les jeunes hétérosexuels. Un chiffre considérable qui met en cause l’homophobie qui règne dans le monde étudiant, dans les lycées et collèges. Insultes et exclusion font ainsi partie du quotidien de ses jeunes homos, qui, poussés à bout, décident d’en finir.

C’est à l’occasion des Journées Nationales de Prévention du Suicide, qui se tiennent jusqu’au 10 février, que le Caélif (Collectif des Associations étudiantes LGBT d’Ile de France) a décidé d’alerter l’opinion et les pouvoirs publics, par le biais de la distribution de flyers et d’affiches de prévention.
« Guidés par l’actualité et la récente polémique suscitée par Luc Châtel, nous voulons avant tout informer sur le taux de sursuicidalité qui touche les jeunes homos de 15 à 25 ans », nous précise Christian Job, l’un des membres de Caélif. Avec un message très clair aux pouvoirs publics, en leur demandant d’inciter à la prévention le plus tôt possible. « Ce n’est pas, ajoute-t-il, prématuré d’aborder le problème de l’homophobie dès l’école primaire, car c’est justement dans les cours d’école que les premières insultes homophobes ou transphobes fusent. Nous demandons donc que cette éducation soit faite au plus tôt dans le cadre de la mission d’éducation civique de nos écoles ».

La campagne d’affichage et d’information est menée avec le soutien de l’association SOS Homophobie, qui met à la disposition de tout jeune en situation de mal-être sa la ligne Azur (0810 108 135)

Communiqué du Caélif : les jeunes LGBT appellent à la lutte contre l’homophobie et la transphobie

À l’occasion des Journées nationales de prévention du suicide, nos organisations rappellent que l’homophobie et la transphobie sont la première cause de suicide chez les jeunes LGBT de 15 à 24 ans. A titre d’exemple, 8% des étudiant-e-s LGBT ont déjà effectué une tentative de suicide, contre 2,6% chez les étudiants en général. Plus dramatique encore, selon une étude de l’INSERM en 2005, les jeunes homosexuels et bisexuels courent 13 fois plus de risques de faire une tentative de suicide que les jeunes hommes hétérosexuels. D’autre part, une récente étude plus ciblée (avril 2009) réalisée en France, sur un échantillon réduit de 100 jeunes personnes trans de 16 à 26 ans, fait apparaître un taux de suicidalité encore plus grand, de l’ordre de 34%.

Les jeunes homosexuel-le-s et trans sont victimes d’un environnement normatif où les injures et propos dégradants liés à l’orientation sexuelle ou l’identité de genre sont quotidiens dès l’école primaire. En cela, ce ne sont ni l’homosexualité ni la transidentité, mais le climat d’homophobie et de transphobie latente qui est directement à l’origine de ce mal-être. Fortes de ce constat, nos organisations alertent les pouvoirs publics sur l’urgence qu’il y a à mieux prévenir la sursuicidalité des jeunes LGBT. Nous lançons un appel à la mise en place d’un plan national destiné à prévenir et prendre en charge les jeunes :

  1. la formation des professionnels de l’éducation et de la santé sur le risque accru de suicidalité pour les jeunes LGBT, en raison du rejet homophobe et transphobe ;
  2. le renforcement et le développement des dispositifs d’écoute (accueils et lieu d’écoutes banalisés dans les lieux de vie scolaires et universitaires) ;
  3. un accompagnement psychologique et social du jeune dès la première tentative de suicide ;
  4. une enquête publique sur le lien entre suicide et sexualité, suicide et identité de genre, avec un suivi des chiffres qui permettront d’évaluer l’efficacité des moyens mis en œuvre.

Par ailleurs, seule une vraie politique de lutte contre l’homophobie et la transphobie dans les établissements scolaires, allant de pair avec un travail éducatif sur les représentations permettra de prévenir le mal-être chez les jeunes LGBT
Nous appelons les pouvoirs publics à prendre en considération la réalité des insultes homophobes banalisées dès l’école primaire et à prendre toutes les mesures nécessaires pour que recule significativement le mal-être ressenti par ceux qui, enfants ou adolescent-e-s, se découvrent une orientation ou une identité sexuelles qui les exposent à la stigmatisation.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site du Caélif .

E. B.