Posts Tagged ‘gay’

Journée internationale contre l’homophobie

Tuesday, May 17th, 2011

Aujourd’hui 17 mai, c’est la journée internationale de lutte contre l’homophobie. Depuis 6 ans, cette journée a pour objectif de promouvoir des actions de sensibilisation et de prévention contre l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie.
Cette journée, célébrée dans plus de soixante-dix pays, propose des campagnes ciblées autour de problèmes tels que la violence contre les homosexuels et les transsexuels, ou encore le rapport délicat entre religion et homosexualité.
En France, la journée prône une « dépénalisation universelle » de l’homosexualité, soutenue par un appel aux dons. L’homosexualité est toujours passible de la peine de mort dans sept pays et d’incarcération dans quatre-vingt autres.

Une affiche qui fâche

Wednesday, May 11th, 2011

L’affiche de la prochaine Gay Pride, dévoilée fin avril dernière, sera finalement bel est bien retirée. La polémique avait enflée après que des associations et notamment l’association nationale « Le Refuge » ait qualifié l’affiche de « stigmatisation » envers la communauté homosexuelle et de surcroît « caricaturale ». L’affiche, qui représentait un coq affublé d’un boa en plumes autour du cou, ne gardera finalement que son slogan « Pour l’Egalité: en 2011 je marche, en 2012 je vote ». Cette marche prévue pour le 25 juin, annonce clairement sa mobilisation pour l’ouverture du mariage aux couples homosexuels avant les élections de 2012.

Un nouveau week-end de Kiss-in dès samedi : militons ensemble contre l’homophobie

Thursday, May 13th, 2010

couple-homo-hommeRégulièrement le fameux kiss-in s’empare des places françaises. En peu partout dans l’Hexagone, gay, lesbiennes et hétéros sont conviés à s’embrasser ouvertement.
A noter que le prochain Kiss-in a lieu ce week-end, à l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie du 17 mai, l’’IDAHO.

Des relents d’homophobie qui s’invitent au kiss-in

Mais ces effusions de tolérance et d’amour agacent de plus en plus les milieux catholiques extrémistes.
A Paris, le lieu du kiss-in du 14 février, initialement sur le parvis de Notre-Dame, a dû être déplacé place Saint-Michel. La raison : des centaines d’extrémistes catholiques les y attendaient de pied ferme. Quand quelques homos ont foulé le sol de Notre-Dame, un groupe de militants ultra les a assailli de coups. L’affaire est aujourd’hui devant la justice.
Ce week-end, c’est à Lyon que les homophobes ont décidé d’agir car ils refusent que le kiss-in se fasse devant la cathédrale Saint-Jean. L’association Lesbian & Gay Pride de Lyon a d’ores et déjà demandé à l’archevêque de Lyon, Monseigneur Barbarin, « de prendre toutes ses responsabilités et de rappeler à l’ordre ses brebis qui se seraient égarées ».

Des rassemblements français mais aussi internationaux

Pour que les rassemblements prévus ce week-end trouvent un large écho au sein de la population, voici la liste des villes organisants un kiss-in.
– à Amiens, samedi 15 mai à 16h, Place Gambetta
– à Avignon, samedi 15 mai à 18h, Place de l’Horloge
– à Bordeaux, dimanche 16 mai à 16h, devant les quinconces
– à Lille, samedi 15 mai à 18h, Grand Place
– à Lyon, samedi 15 mai à 19h30, Place Saint-Jean
– à Marseille, samedi 15 mai à 15h55, place Charles De Gaulle
– à Montpellier, samedi 15 mai à 15h45 devant Virgin Megastore – Les Halles Castellane.
– à Nancy, mercredi 19 mai à 17h place Stanislas.
– à Nice, lundi 17 mai à 19h, place Garibaldi
– à Orléans, samedi 15 mai à 14h, 15h et 16h, place du Martroi
– à Paris, dimanche 16 mai à 16h, au Trocadéro
– à Rennes, lundi 17 mai
– à Toulon, dimanche 16 mai à 16h place de la Liberté

homo-main-dans-la-mainMais les kiss-in s’exportent aussi à l’étranger : en Angleterre (Brighton, Glasgow, Londres, Plymouth), en Australie (Adelaïde, Brisbane, Canberra, Melbourne, Perth et Sydney), au Canada (Edmonton et Lethbridge), en Colombie (Bogota), en Allemagne (Berlin), en Israël (Tel-Aviv), en Italie (Bologne), en Nouvelle-Zélande (Auckland), au Pérou (Lima), au Portugal (Lisbonne, Porto), en Espagne (Madrid), en Suède (Stockholm), en Suisse (Genève, Lausanne), aux USA (Birmingham, Atlanta, Austin, Chicago, Portland, San Francisco, St Louis).

Pour plus d’info, rendez-vous sur le site officiel des kiss-in.

Grande nuit gay costumée : rendez-vous au Quarnaval d’Angers

Friday, January 29th, 2010

quarnavalA partir d’aujourd’hui, et jusqu’à dimanche, l’association Quazar accueille les 21e Rencontres de la Fédération LGBT qui regroupe des Centres et des Associations Lesbiennes, Gays, Bi, Trans de France, à Angers.
A cette occasion, l’association organise une grande nuit gay costumée au Moulin de Sarré, demain soir. Au cours de la soirée, un grand concours des plus beaux costumes sera organisé, avec 2 week-ends en guesthouse à gagner.
Après le repas, vous êtes tous attendus sur la piste de danse. Placée sous le signe de la diversité et du carnaval, les danseurs se déhancheront sur des airs de samba, bien sûr, mais aussi disco et house. Un bon mélange pour faire durer la fête jusqu’au bout de la nuit.

Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site de l’association www.assoquazar.free.fr

Pour le repas, réservation obligatoire au 02 41 87 22 77.

Pour la soirée, 12€ sur place – 10€ en prévente dans de nombreux commerces d’Angers et Nantes.

Et un de plus ! Le Portugal devient le 6e pays européen à légaliser le mariage homosexuel

Friday, January 15th, 2010

symbole-homme-hommeEn effet, le Parlement portugais vient de voter, en première lecture, le projet de loi autorisant le mariage gay, au nom de « la liberté, de la justice, de l’égalité et de l’humanisme », comme l’a affirmé le premier ministre, José Socrates quand il s’est présenté devant les députés. Dans son intervention, il a également expliqué vouloir « réparer des décennies d’injustices faites aux homosexuels », rappelant que, jusqu’en 1982, l’homosexualité était considérée comme un crime.

Une avancée majeure sans polémique

Une légalisation qui, contre toute attente, n’a pas crée la polémique. Seules quelques associations, proches des milieux catholiques, ont affirmé leur désapprobation, sans toutefois crier au scandale. La droite conservatrice s’est, quant à elle, abstenue de tenir des propos moralisateurs sur la question.
Mais tout n’est pas encore acquis car, le texte doit encore être examiné en commission avant d’être définitivement voté et appliqué.
En revanche, la possibilité d’adopter un enfant n’est pas encore accordée aux couples homos. Selon un sondage paru en novembre dernier, 68,4% de la population y restant farouchement opposée.

portugalok6e bon élève de l’Europe

Pays de forte tradition catholique, le Portugal a franchi un cap, que des nations, réputées  beaucoup moins traditionalistes, n’osent pas franchir. Mais non, Messieurs du gouvernement français, vous n’êtes pas visé !!!
Sixième pays européen à l’autoriser, le Portugal est devancé par nos amis belges, espagnols, hollandais, norvégiens et suédois. Mais d’autres pays devraient suivre le mouvement puisque le débat est sérieusement ouvert au Luxembourg, en Albanie et en Grèce.

E. B.

Les gays argentins célèbrent le premier mariage homo

Thursday, December 31st, 2009

drapeau-homoMême si l’homosexualité est de moins en moins réprimée en Amérique latine – le Nicaragua étant l’un des derniers pays à l’avoir dépénalisée en novembre 2007 – la légalité du mariage homo est loin d’être répandue. Le Parlement uruguayen a déjà passé le cap, en décembre 2007, en accordant les mêmes droits que le mariage à tout couple vivant en concubinage depuis au moins cinq ans. La semaine dernière, c’est la ville de Mexico qui permettait enfin aux homos de la ville de se marier.
C’est maintenant au tour de l’Argentine d’autoriser le mariage civil homo et le premier couple gay, Alex et José Maria, a enfin franchi le pas de la mairie à Ushuaia lundi, grâce à l’autorisation  gouverneur de la province de la Terre de Feu. Une grande  première pour l’Amérique latine, continent pourtant très catholique.
Mais, même si le mariage a bel et bien pu être célébré, une nouvelle bataille juridique risque de démarrer, visant son annulation. D’autant qu’une interdiction émise par un juge fédéral en novembre dernier empêchait le jeune couple de se marier. Les « anti-mariage gay » et l’Eglise catholique vont donc profiter de cette décision pour tenter de faire annuler le mariage.

Vers plus de reconnaissance des droits des gays en Amérique latine

Pionniers du continent, l’Uruguay et la Colombie légalisent déjà les unions civiles. L’Uruguay autorise même, depuis le mois d’août dernier, l’adoption d’enfants pour les gays et la possibilité pour les transsexuels de changer officiellement de prénom.
Dernière avancée notable, à Mexico, où la municipalité a donné le feu vert au mariage entre deux personnes du même sexe. Mais uniquement dans la capitale.
Le Brésil a lancé, en 2009, un plan pour les droits des homosexuels. Ce plan prévoit notamment la formation de fonctionnaires et de professeurs, le financement de défilés gays et l’élaboration d’un projet de loi punissant l’homophobie.
A Cuba, le Parlement envisage d’examiner un projet de loi légalisant les unions civiles et l’adoption.

E. B.

Face à Face festif pour le cinéma gay ce week-end à Saint-Etienne

Wednesday, November 25th, 2009

affichefafstetienneUn rendez-vous incontournable pour les amateurs de cinéma gay et lesbien. Avec en prime pour cette 5ème édition du Festival Face à Face de Saint-Étienne, la tenue des premières Assises nationales du cinéma Gay et Lesbien.

Le Festival ouvre ses portes demain, au « QG » du festival, à savoir le cinéma Le France. Avec en film d’ouverture le film « Ander », en avant-première, de Roberto Castón, « le Brokeback Mountain espagnol », nous confie Antoine Blanchard, président de Face à Face. Le lancement de cinq jours de festivités et d’événements cinématographiques. Au programme : une dizaine de séances, comprenant la projection de 18 films, 4 soirées artistiques, dont une à l’Opéra de Saint-Étienne, avec la présentation de « l’Opération du Saint-Esprit », et une au Zénith, juste après le concert de Calogero. Sans oublier les scolaires et lycéens qui auront droit à une séance privée, dans le but de les « sensibiliser aux discriminations et lutter contre l’homophobie qui règne beaucoup chez les jeunes, avec la projection de courts-métrages, notamment “Jeunes et homos sous le regard des autres” », précise Antoine Blanchard.

Des actions quotidiennes pour l’association Face à Face

Organisatrice de l’événement, l’association Face à Face, créée en 2006 et qui compte aujourd’hui plus de 150 membres, fait de son quotidien la lutte contre les discriminations et l’homophobie. L’association milite donc sur tous les fronts, que ce soit sur le terrain cinématographique, avec le festival bien sûr, mais aussi des projections tout au long de l’année, politique avec la rencontre d’élus, sociétal, avec, par exemple, la commémoration des déportés homos de la Seconde Guerre Mondiale, ou pédagogique avec des séances pour les scolaires, « afin de lutter contre les énormes préjugés qui s’immiscent dans les cours d’écoles », déplore Antoine Blanchard.

Création des 1ères Assises du cinéma gay

Autre particularité de ce festival, la tenue, inédite en France, des premières Assises du cinéma Gay et lesbien. A cette occasion, les représentants de 10 festivals, dont ceux de Toulouse, Orléans, Nice, Paris, Créteil, Marseille, Grenoble, Lyon et Bruxelles, seront présents, afin de débattre ensemble de l’avenir du cinéma gay. « On a pu constater que l’on se connaissez tous, les uns des autres, mais qu’on ne travaillait jamais ensemble, qu’aucun projet commun ne voyait le jour. Le but étant, avec ces premières assises, de mettre en place un réseau pour mutualiser les festivals et programmer des actions communes. Une communication partagée, dans un esprit de non concurrence, bien entendu », ajoute le président de Face à Face. Avec trois mots d’ordre qui rythmeront les débats : organiser, programmer, mutualiser.

Un but : promouvoir le cinéma gay

Le cinéma gay et lesbien est, encore trop souvent, minoritaire et peu accessible au public. Un état de fait qui ne plait guère à tous ces organisateurs de festivals, qui tentent de réagir, en « éclairant les marges », le nom donné d’ailleurs à la thématique du grand débat. Autour de Didier Roth-Bettoni, journaliste, écrivain et directeur artistique du festival Chéris-Chéries, de nombreux invités -qu’ils soient réalisateurs (Louis Dupont, Françoise Romand, Pascal Alex Vincent), journalistes (Anne Delabre) ou organisateurs de festivals (Patrick Cardon)- tenteront de définir des actions

chiffres-face-a-face

communes. Au premier rang desquelles, convaincre les distributeurs, parfois trop frileux, d’accorder une place plus importante au cinéma homo.
En attendant que le débat entraîne dans son sillage des résolutions fortes de la part des distributeurs, nous vous souhaitons un très bon festival.

Propos recueillis par Emilie Bedos

En savoir + : Le festival ouvre ses portes jeudi 26 et se clôturera dimanche 29 novembre. Pour plus d’informations sur le programme, rendez-vous sur le site officiel du Festival.

Festival “Chéries-Chéris”, quand le cinéma gay prend le dessus de la scène

Thursday, November 19th, 2009

affiche-cheriescherisPlus d’une quarantaine de films présentés pour cette 15ème édition du Festival LGBT de Paris, le festival des gays, lesbiennes et trans. Une 15ème édition placée sous le signe de la célébration, avec de nombreux anniversaires à fêter, comme l’annonce le directeur du festival Didier Roth-Bettoni : les émeutes de Stonewall le 28 juin 1969, la création de Gai Pied en 1979 par Jean Le Bitoux, la naissance d’Act Up en juin 1989 et la chute du Mur de Berlin en novembre 1989.

Une programmation riche et variée
Depuis lundi, au Forum des Images, les séances se suivent mais ne se ressemblent pas forcément. Le festival a ouvert ses portes avec « Nuits d’ivresse printanières » de Lou Ye, film franco-chinois primé à Cannes et clôturera cette édition dimanche soir avec l’humour de « I Love You Phillip Morris », en avant-première, de  Glenn Ficarra et John Requa, avec Jim Carrey et Ewan McGregor.
Courts et longs métrages, sans oublier les documentaires et les rencontres, les visiteurs pourront débattre et échanger sur bon nombre de sujets. Du sexisme (avec le documentaire
La Domination masculine), à la lutte contre le VIH (Act Up, on ne tue pas que le temps), voire à la prostitution (Claudette).
Tout ceci dans une « ambiance conviviale, chaleureuse, festive, légère et profonde tout à la fois, avec ses moments incontournables et ses nombreuses surprises », comme laisse l’entendre l’édito du festival.

E. B.

Pour plus d’informations sur le festival et sa programmation, rendez-vous sur le site du festival.

Un hymne à l’adoption d’enfants par les gays, les « Joies de la Famille »

Tuesday, October 13th, 2009

film-les-joies-de-la-familleUn peu à la mode de Desperate Housewife, « Les Joies de la Famille », c’est l’histoire d’un couple de gays, Goran et Sven, qui vit dans une banlieue suédoise idyllique.
Assumant pleinement leur homosexualité, le coule n’a qu’une idée en tête : élargir leur foyer en adoptant un enfant. Mais, même si la Suède reste pionnière dans l’avancée des droits des gays – le Parlement a voté en 2002 le projet de loi reconnaissant aux couples homosexuels le droit d’adopter des enfants – le parcours de l’adoption n’en reste pas moins difficile.
Jugé apte pour adopter, le couple reçoit un jour une lettre leur annonçant l’arrivée imminente de leur fils adoptif, Patrick. Mais qu’elle ne fut par leur surprise en découvrant que… Chut maintenant ! On ne va tout de même pas vous dévoiler la suite.
Vous la découvrirez en allant voir cette comédie sympathique d’Ella Lemhagen, pleine de rebondissements humoristiques. Une comédie, c’est certain, mais la réalisatrice n’en oublie pour autant pas de dénoncer l’homophobie. Avec une certaine liberté de ton employée pour parler de sujets qui ne prêtent pas forcément à rire. Entre la difficulté d’être reconnu apte à adopter, la méfiance des voisins face à un couple gay, l’amalgame entre homosexualité et pédophilie, rien n’est laissé de côté.
Adaptation d’une pièce suédoise homonyme de Michael Druker, le film a été récompensé dans plusieurs festivals.

La Suède, militante de la cause gay

Petit rappel sur le statut et les droits des homos en Suède :
– Depuis 1995, le « Pacs suédois » est en vigueur, autorisant les couples homosexuels à s’unir légalement lors d’une cérémonie civile.
– En 2002, le Parlement suédois a voté le projet de loi reconnaissant aux couples homosexuels le droit d’adopter des enfants.
– 1er avril 2009, le Parlement a voté à une grande majorité une loi autorisant le mariage homosexuel, faisant de la Suède le 5ème pays à légaliser le mariage gay (après les Pays-Bas en 2001, la Belgique en 2003, l’Espagne en 2005 et la Norvège en 2008).
C’est le premier pays à inclure dans la législation l’interdiction de refus du mariage religieux pour les homosexuels. Les pasteurs ont le droit de refuser individuellement, mais l’Église luthérienne (religion majoritaire du pays) a l’obligation de trouver un pasteur pour procéder au mariage homosexuel.

E. B.

bobineFilm suédois réalisé par Ella Lemhagen
Avec Gustaf Skarsgard, Torkel Petersson, Thomas Ljungman
Genre : Comédie
Durée : 1h 43min.
Année de production : 2008
Titre original : Patrik, 1.5
Distribué par Equation

La phrase du jour de Ian McKellen: « Je croyais être le seul gay au monde »

Tuesday, September 29th, 2009

clap1L’acteur anglais, qui a interprété Gandalf dans Le Seigneur des anneaux ou le mutan Magneto dans la trilogie X-Men a reçu un prix pour l’ensemble de sa carrière au festival de Saint-Sébastien la semaine dernière. A cette occasion, il a évoqué la représentation des homosexuels au cinéma.

Homosexuel déclaré et militant pour les droits des gays, il a estimé que « le cinéma de Hollywood s’ouvre peu à peu à représenter des homosexuels, mais il reste beaucoup à faire dans le reste du monde ». En confiant également « Quand j’étais jeune, je savais que j’étais gay et j’avais l’impression d’être la seule personne au monde à être attirée par le même sexe ».
Même si le cinéma a fait de gros progrès concernant la reconnaissance homosexuelle, il regrette toutefois que la tolérance n’est pas toujours de mise ailleurs dans le monde. « Dans beaucoup de pays, encore aujourd’hui, prononcer le mot homosexuel provoque la désapprobation. Je veux voir un monde où chacun peut se lever et parler ouvertement de sa sexualité.»

'; ?>